L’apprentissage du Français est un enjeu primordial de l’intégration des personnes issues de l’immigration. La connaissance du Français leur est en effet indispensable afin de pouvoir aider leurs enfants dans leurs difficultés scolaires, mais aussi pour trouver du travail. Bien plus que cela, la langue est le facteur essentiel qui leur donne l’accès à notre culture et à nos valeurs françaises, et qui peut les inciter à aimer la France comme leur pays d’adoption. 

Actuellement, près de 200 adultes suivent des cours de Français à Charles-Péguy! Pour pouvoir en accueillir autant, nous avons besoin de bénévoles pour venir donner un peu de leur temps entre 1 et 4 fois par semaine.

Les conditions?

  • – savoir parler le Français
  • – avoir la curiosité de l’autre
  • – avoir le désir d’aider

« Je n’ai jamais enseigné, je n’ai aucun diplôme… »

Ce n’est pas grave! Et d’ailleurs, c’est en forgeant que l’on devient forgeron! L’équipe pédagogique est là pour vous donner des conseils au début, et met à votre disposition des documents sur lesquels vous pourrez vous baser pour vos cours.

 

Voici un avant-goût de quelque sites où vous pourrez trouver des ressources:

Programme AlphaB:

TV5 Monde:

Odile témoigne:

C’est pour moi une grande joie de retrouver deux fois par semaine une dizaine de dames qui sont devenues mes amies et qui, entre elles aussi, ont tissé des liens d’amitié. Elles viennent apprendre le français mais cette rencontre est beaucoup plus qu’un cours. C’est un lieu d’échanges culturels. Elles sont issues de langues, de pays et de religions différentes et nos rencontres sont des moments de partage, de rires, de discussions, d’entraide. À travers l’année et les différentes fêtes des musulmanes, des chrétiennes, des hindouistes ou des sans –religion, les grandes questions spirituelles affleurent très simplement. On parle parfois de politique (pourquoi pas ?), de peinture, de musique, de l’éducation des enfants, de gastronomie. Les exercices de grammaire ou de prononciation ne nous empêchent pas, bien au contraire, de nous découvrir mutuellement. Plusieurs ont dû quitter leur pays à cause des guerres et j’admire leur énergie et leur courage pour reconstruire leur vie et celle de leur famille.

À travers ces cours, j’ai beaucoup appris et j’ai reçu bien au-delà de ce que j’ai pu apporter.